Histoire de ''l'Eté sans bras''

Maurice Denis a reçu la commande de décorer une des salles de l’hôtel particulier du collectionneur russe Ivan Morozov à Moscou au début du 20ème siècle.
Maurice Denis faisait partie avec Maillol du groupe des Nabis, en hébreu, le mot «nabi» signifie prophète. C’était un mouvement d’avant-garde, inspiré par Gauguin, qui apporta la modernité picturale avant les fauves et les cubistes dans le monde de l’art.
Maurice Denis était lié à Maillol ; il le sera toute sa vie. Ils étaient amis, mais la grande particularité des Nabis était de s’entraider.
Maurice Denis parla à I. Morozov de la splendeur de la sculpture de Maillol et lui demanda d’inclure la sculpture de cet artiste dans la décoration qu’il était en train de réaliser.
Sur les conseils de Maurice Denis, I. Morozov rencontra Maillol et, après avoir vu et aimé sa sculpture, lui acheta quatre œuvres qu’il appela Les Quatre saisons, composées par : La Pomone 1910,exposée au salon d’automne de la même année à Paris, L’Été 1911, Flore 1911, et Le Printemps 1911.
Aujourd’hui, ces quatre œuvres se trouvent dans le musée Pouchkine à Moscou.
La vision de la sculpture chez Aristide Maillol est un torse qui grandit et s’amplifie suivant les états, c’est-à-dire les plâtres différents que l’artiste sculpte directement dans le plâtre pour arriver à l’œuvre définitive.

L’Été de Maillol commence par un torse sans tête ni bras ni jambes, puis devient à travers des essais en 1911 la sculpture L’Été sans bras, œuvre presque définitive de L’Été, mais combien plus attractive pour Maillol qui n’aimait pas les bras qu’il sculptait en toute dernière extrémité. «Les bras cachent les profils» disait-il. Mais il a fallu conclure, et l’artiste compléta L’Étédans la même année.
L’Été sans bras resta longtemps sous forme de plâtre dans l’atelier de Maillol. Il y était encore en 1934.
Comme beaucoup d’états qui jalonnent une œuvre, elle n’a pas été éditée. Elle a été coulée en bronze chez le fondeur Émile Godard, il y a 26 ans.
L’édition chez Maillol est portée à 12 exemplaires : six sont numérotés de 1/6 à 6/6, deux sont des épreuves d’artiste destinées à des musées, et quatre sont des exemplaires d’artiste numérotés de 1/4 à 4/4.
L’Été sans bras,qui est présenté à la Ville de Perpignan, est le n°1/4-Artiste.

Renseignements donnés par Dina Vierny, exécuteur testamentaire et ayant droit moral de l’œuvre d’Aristide Maillol.